Vous êtes ici : Accueil > Votre Chambre 40 > Toutes les actualités > Influenza aviaire : passage risque élevé dans les Landes

Influenza aviaire : passage risque élevé dans les Landes

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
attention

Qu'elles sont les mesures qui s'appliquent ?

Au vu d’une situation fortement évolutive  indiquant une dynamique d’infection aux virus IAHP liée à la faune sauvage migratrice , après concertation avec l'ensemble des opérateurs des filières concernées et de la Fédération nationale des chasseurs, il a été décidé de relever le niveau de risque de "modéré" à "élevé" dans les départements situés dans les deux principaux couloirs migratoires traversant le territoire .
L’ensemble du département des Landes est concerné.

Arrêté du 5 novembre : passage risque élevé

L'arrêté a été publié le 5 novembre 2020, et entre en vigueur le jour même  L’élévation du niveau de risque induit l’application dans les départements listés, de mesures de prévention fixées à la fois par l’arrêté du 16 mars 2016, par celui du 8 février 2016 relatif à la biosécurité en élevage de volailles, et par celui du 14 mars 2018 relatif au transport d'oiseaux.

Les mesures induites par le niveau de risque « élevé » sont pour la plupart équivalentes à celles déjà imposées dans les zones à risque particulier (ZRP) lors du précèdent du passage au niveau risque « modéré ».

Ces mesures, définies par l'arrêté ministériel modifié du 16 mars 2016, sont donc désormais applicables à l’ensemble des communes landaises et comprennent :

  • la claustration des volaillesou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements et la participation des volailles originaires des zones concernées dans les zones au risque « négligeable » ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
  • l’interdiction de l’utilisation d'appelants.
     

De plus, les mesures suivantes sont applicables dans toutes les communes de France :

  • la surveillance clinique quotidienne (voir liste des critères d'alerte dans l'arrêté du 16 mars 2016 modifié) dans les élevages commerciaux et non commerciaux ;
  • les véhicules destinés au transport des palmipèdes de plus de trois jours sont équipés de bâches ou moyen équivalent ;
  • la réduction à 10 jours pour le délai de prélèvement des palmipèdes prêts à gaver avant déplacement ;
  • l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l'arrivée de la France ;
  • la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

 

Pour les élevages de palmipèdes

Dans le cas de la production de palmipèdes gras en phase de préparation au gavage, le détenteur de l'exploitation doit mettre à l'abri en bâtiments les palmipèdes en cas de passage à un niveau de risque élevé tel que défini par l'arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux de risque épizootique en raison de l'infection de l'avifaune par un virus de l'influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs.

Lorsque le nombre cumulé de palmipèdes mis en place en présence simultanée dans les différentes unités de production ayant accès à un parcours est supérieur ou égal à 3 200, il n'y a pas de dérogation possible à la claustration en bâtiment.

Les producteurs dont les effectifs sont inférieurs à 3200 peuvent demander une dérogation auprès de la DDCSPP des Landes par mail :
 ddcspp-svspae@landes.gouv.fr.

Cette dérogation, soumise à l'avis de la DDCSPP,  nécessite une visite obligatoire du vétérinaire sanitaire .
Dans l'attente de l'attribution d'une dérogation, la règle de la claustration doit être respectée.