Vous êtes ici : Accueil > Votre Chambre 40 > Toutes les actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La Chambre d'agriculture demande...

dégâts dans une parcelle de kiwis

Réunis en session le 25 juin les élus de la Chambre d’agriculture ont fait un bilan des intempéries et interpellé Monsieur le Préfet pour la mise en place de dispositifs à la hauteur des pertes subies.

Estimation des dégâts au 25 juin

Ces données sont établies à partir des déclarations en ligne de 200 agriculteurs sur ce site internet, des données transmises par les assureurs et les coopératives.  

  • Maïs conso : les inondations ont ravagé des parcelles et laissent des plantes recouvertes de terre, asphyxiées qu’il faut biner pour celles qui peuvent être sauvées. Le potentiel de rendement diminue chaque jour de 20à 30% . Au 20 juin, il restait 4 000 ha à semer.
  • Maïs doux : perte de 10% du potentiel
  • Maïs semence : 2300 ha sinistrés déclarés par Maïsadour
  • Pois et haricots verts : objectif de production réduit de 20 à 30%
  • Kiwis : 40 à 70 % des vergers touchés selon les organismes de production. Les pertes de production sont estimées à 6 300 000 € et 875 000 € de travaux de nettoyage à ce jour
  • Fourrages : perte à 100% de la 1er coupe (fauche ou pâture)
  • Prairies : pertes de récolte de 35 à 45% par rapport à une année normale.
    la consommation sur stock de fourrage est importante, notamment dans les élevages de Barthes de l’Adour.

Les dégâts signalés se situent essentiellement en Sud Adour (principalement canton de Peyrehorade).  De nombreuses pertes de fond et de matériels sont enregistrées : ravinement, sols emportés, fossés bouchés, clôtures emportées, granges inondées, matériel d’irrigation endommagé…
Au délà des exploitations agricoles, c’est tout un tissu économique qui risque de connaître des difficultés  : entrepreneurs de travaux agricoles ….


► Tous les détails concernant les différents dégâts et leur localisation

Demandes pour le court terme

Les élus réunis en session ont demandé :

  • La signature d’un arrêté lie aux circonstances exceptionnelles et au cas de force majeure pour sécuriser les paiements et la conformité des déclarations PAC des agriculteurs landais
     
  • La reconnaissance de secteurs les plus touchés en catastrophe naturelle
     
  • La reconnaissance du département en calamités agricoles
     
  • L’exonération de la TATFNB

Calendrier

Après celle du 19 juin sur les pertes de fond, une nouvelle mission d’enquête "calamités agricoles" aura lieu le 28 juin sur les pertes de récolte sur fourrage et sur kiwis.
La DDTM transmettra ensuite son rapport au Ministère qui statuera mi octobre.

La demande de " catastrophe naturelle" sur certaines communes landaises (35 à ce jour) sera étudiée par la commission nationale du 3 ou 9 juillet.

Rappelons que " les calamités agricoles" concernent les dommages aux biens non couverts par des contrats d’assurances et  les "catastrophes naturelles" , les biens assurés suite à un évènement climatique anormal.

 

Demandes à long terme

Pour D. Graciet , président de la Chambre d’agriculture , " il faut tirer les conséquences des inondations dans le secteur des gaves,  pour le long terme".  La mise en œuvre immédiate de travaux pour sécuriser les parcelles menacées par toute nouvelle crue doit s’accompagner d’une révision en profondeur de la politique de gestion des cours d’eau, dont le mauvais entretien a contribué à amplifier les dégâts sur le territoire.

Madame Degos Dominique, présidente de la commission agricole du Conseil Départemental des Landes a voté une enveloppe de 500 000 € de budget pour l’agriculture touchée par les intempéries dont 250 000 € mobilisables rapidement.

 

Convention de partenariat

En fin de session,  les présidents de la Chambre d’agriculture des landes et de l’ANEFA Landes ont signé une convention de partenariat pour renforcer leur collaboration sur les actions de promotion des métiers, de l’emploi et de la formation en agriculture et tout particulièrement en matière d’apprentissage.