Vous êtes ici : Accueil > Techniques et Innovations > Productions animales > Bovins viande > Maladie Hémorragique Epizootique MHE

Maladie Hémorragique Epizootique MHE

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dernière actualisation de la page : 4/03/2024

Dispositifs d'indemnisation MHE

Tous les élevages bovins landais naisseurs peuvent prétendre au fonds d'urgence qu'ils aient été déclarés foyers ou pas.

Dans un décret paru au Journal officiel le 4 février 2024, le Ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide ainsi que les conditions à remplir pour les éleveurs touchés par la maladie hémorragique épizootique (MHE).
Il est complété par le déploiement d'un fonds d'urgence de 50 millions d'euros.

Dans un communiqué diffusé le 5 février, le cabinet du Ministère de l'Agriculture confirme que les deux guichets sont désormais ouverts.

 

Dispositif Fonds d'urgence MHE

Demande d'aides à déposer avant le 12 mars 2024

En complément de ce dispositif d’aide, le gouvernement annonce le déploiement d’un fonds d’urgence de 50 millions d’euros pour apporter une aide de trésorerie exceptionnelle aux éleveurs durement touchés par la maladie compte tenu des restrictions de mouvements mises en place et des pertes économiques liées à l’apparition de la MHE.

Tous les élevages landais « naisseurs » peuvent bénéficier de cette aide visant à indemniser les restrictions de mouvements mises en place et des pertes économiques liées à l’apparition de la MHE.

  • Aide = Forfait appliqué au nombre de naissances moyens sur les 3 dernières années
  • Elevage bovin naisseur =  Avoir eu des naissances au cours des 3 années précédentes
  • Statut = Exploitant agricole, EARL, GAEC, autres personnes morales ayant pour objet l’exploitation agricole et dont au moins 50 % du capital est détenu par des exploitations à titre principal (directement ou indirectement).

 

Pour déposer votre demande :


Site internet pour déposer votre dossier de demande d'aide accompagné des pièces demandées

 

Dispositif d'indemnisation des frais vétérinaires et mortalités dans les foyers MHE

Demande d'aides à déposer avant le 30 avril 2024

Ce dispositif d’indemnisation a pour objectif :

  • la prise en compte à hauteur de 90% des frais liés aux traitements vétérinaires ayant été nécessaire pour soigner les animaux malades
  • l’indemnisation des animaux morts ou euthanasiés des suites de la maladie.

 

Eligibilité : élevages ayant fait l'objet d'une suspicion clinique confirmée (animal malade) par un résultat d'analyse PCR positif entre le 19 septembre et le 31 décembre 2023. 
Un résultat PCR positif effectué dans le cadre d’un mouvement (export broutards par exemple) ne conduit pas à la déclaration « foyer » de l’élevage.

Attention : un foyer de MHE confirmé durant cette période ne pourra donner lieu qu’à un seul dossier de demande d’indemnisation. Lorsque vous déposez ce dossier vous attestez de la fin du foyer dans votre exploitation (absence d’animaux avec des symptômes cliniques de MHE) et vous ne pourrez plus soumettre de factures vétérinaires.

► Attendre pour déposer ce dossier si vous pensez avoir de nouveaux frais vétérinaires liés à la MHE d’ici au 30 avril 2024.

 

Pour déposer votre demande d'aide :

 Vous retrouverez tous ces éléments ici

Site internet où déposer votre dossier de demande d’aide accompagné des pièces demandées 

 

Pour les cas confirmés à partir du 1er janvier 2024, c’est le fonds de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE) qui indemnisera au même taux les frais vétérinaires et les animaux morts.

 

 

Permanences

La Chambre d’agriculture et l’ALMA vous aident pour vos dossiers de demande d’indemnisation (fonds d’urgence/frais vétérinaires et mortalités dans les foyers MHE) :

  • Permanences téléphoniques tous les matins (9h-12h)
    à partir du jeudi 15 février ​​​​au 06 85 05 58 53
  • Sur rendez-vous au 05 58 85 45 06 à l’antenne de la Chambre d’agriculture d’Hagetmau ou d’Yzosse.

Zonage

Syn. : Epizootic haemorrhagic disease (EHD)

Suite à la découverte de la Maladie Hémorragique Epizootique (MHE ou EHD en anglais) des dispositions aux mouvements ont été établies par le Ministère de l'Agriculture.

La maladie progressant, ces dispositions sont actualisées régulièrement.

► Arrêté en cours et Zonage

 

 

Détection et symptômes de la MHE ?

Comment détecter la MHE dans mon troupeau ?

Par surveillance de tous les animaux 2 fois par jour et l’observation des symptômes.

Quels sont les symptômes de la la MHE ? les signes visibles sur les animaux ?

  • Lésions sur le mufle : souvent le premier signe observé, sous forme de taches rouges à brunâtres associées à des croûtes séchées
  • Ecoulement nasal purulent
  • Salivation excessive (ptyalisme)
  • Lésions marquées dans la bouche, langue pendante
  • Boiteries sur les 4 pattes d’un coup avec difficulté à se lever, à se déplacer, raideur de la démarche, œdèmes, lésions entre les onglons
  • Anorexie et amaigrissement selon durée et intensité des symptômes
  • Chute de la production laitière
  • Fièvre inconstante (38.5° à 40°)
  • Parfois observées : diarrhées avec sang

Quoi faire si j’observe ces signes sur des animaux ?

Appeler votre cabinet vétérinaire en expliquant ces signes et demander une visite.

Si le vétérinaire confirme le diagnostic, il réalisera une prise de sang et déclarera le cas auprès de la DDETSPP 40.

Les frais de la visite de diagnostic, prélèvements et analyses sont pris en charge par l’Etat.

Le vétérinaire vous prescrira le traitement adapté.

 

Vers le haut

Soins aux animaux : prévenir et guérir la MHE ?

Comment traiter ces animaux malades ?

Votre vétérinaire vous prescrira selon les cas des antipyrétiques- anti inflammatoires pour soulager la douleur et la fièvre, éventuellement des anti-infectieux en cas de surinfections.
Selon le stade de la maladie, il proposera également un protocole de réhydratation via des perfusions ou des sondages pour les animaux les plus déshydratés et /ou dénutris.
Les animaux présentant des lésions au niveau de la bouche ou de la langue ont des difficultés à s’alimenter et à s’abreuver. Il faut donc leur faciliter l’accès à l’eau en évitant les abreuvoirs à poussoir par exemple.
 

Peut-on vacciner contre cette maladie comme pour la FCO ?

Il n’y a pas de vaccin existant aujourd’hui.
 

Est-ce que les animaux vaccinés FCO sont protégés contre la MHE ?

Aucune preuve à l’heure actuelle, il n’y aurait pas de protection croisée.

 

Quels moyens pour se prémunir face à cette maladie ?

Désinsectisation fréquente des animaux pour éviter autant que possible que les moucherons culicoïdes puissent piquer les animaux.

Les produits habituels à base de pyréthrinoïdes peuvent être utilisés mais leur durée d’action contre ces moucherons culicoïdes est plus courte : 7 à 10 jours

liste de produits de désinsectisation

La désinsectisation des bâtiments et autres lieux de vie des animaux est inefficace : à proscrire.

La désinsectisation des moyens de transport est obligatoire pour les transports zone réglementée => zone non réglementée pour éviter l’extension de la maladie.
 

Quel est le délai d’attente pour ces produits utilisés pour la désinsectisation des animaux ?

Les délais d’attente sont de 15 jours en viande et 0 jours  en en lait en conditions normales d’utilisation (applications toutes les 8-10 semaines pour le Butox, 4-6 semaines Deltanil et Versatrine par exemple) mais lorsqu’on augmente la fréquence d’utilisation ( 7-10j ) l’impact sur le délai d’attente n’est pas connu.
 

La maladie va-t-elle se calmer avec la baisse des températures ?

Les observations des années passées montrent que les culicoïdes (moucherons vecteurs) sont présents toute l’année dans les Landes. Leur inactivité est inférieure à 2 semaines en fin d’année sur notre territoire, même l’hiver.

 

Comment booster les défenses immunitaires des animaux ?

Une complémentation de vos animaux en vitamines et oligoéléments les aide à se défendre de manière plus efficace contre ces virus.

Notamment pour ceux qui sont encore à l’herbe et pour qui, l’apport en vitamines et oligoélément est extrêmement variable et souvent insuffisant.

Les Vitamines A, E, C et D sont essentielles à une bonne immunité. Le Sélénium, Zinc, cobalt, cuivre, magnésium aussi.

Des carences entrainent une susceptibilité majeure de votre troupeau aux infections virales.

Sous forme de bolus, sous forme de poudre, de liquide… il existe une multitude de manière d’apporter ces compléments à vos animaux pour les aider à se défendre.

Une complémentation en vitamine et oligo-éléments sera dans tous les cas, bénéfique à votre troupeau (immunité, préparation à la mise-bas, reproduction, lactation…).

Contactez votre vétérinaire où votre nutritionniste pour qu’il puisse vous conseiller au mieux et adapter la complémentation à votre troupeau.

 

Vers le haut

Conséquences de la MHE sur les animaux ?

Quel impact sur la fertilité des taureaux ? Comme en FCO ?

Si on s’en réfère aux conséquences de la FCO, on peut craindre la stérilité des taureaux infectés mais il n’y a pas de preuves pour l’instant.

Les taureaux infectés ayant présentés des symptômes peuvent être stériles temporairement du au contre coup de la maladie (fièvre et amaigrissement) puis retrouver leur fertilité après rétablissement.

Ça reste donc un risque à craindre => Surveiller les retours en chaleur et procéder dans quelques semaines à des contrôles de gestation.

Autre fait, il est possible que le virus passe par le sperme.
 

Quel impact sur les vaches en gestation ?

Il est observé des vêlages prématurés et des avortements sans pouvoir attester que c’est la maladie elle-même ou les conséquences des signes cliniques : une vache avec beaucoup de fièvre et un fort amaigrissement est en effet plus susceptible de vêler avant terme ou d’avorter. Les études en cours nous en apprendront davantage.

La profession vétérinaire exprime ses craintes sur la reproduction pour l’année à venir comme cela avait été observé avec la FCO : avortements, naissance d’animaux chétifs, déformés non viables, infertilité, difficultés de délivrance, de retour en chaleurs….

Quel effet sur la santé des veaux nés de vaches malades ?

La maladie est transmissible par voie placentaire. Des observations sont en cours pour en analyser les conséquences si elles sont démontrées.

On observe actuellement chez les vaches malades une chute de la production laitière, il faut donc redoubler de vigilance sur la prise de colostrum et ne pas hésiter à les complémenter.

Est-ce que les animaux se contaminent entre eux ?

Le principal vecteur de la maladie est le moucheron culicoïde qui se nourrit de sang et ainsi la transporte d’un animal infecté à un animal sain. 1 piqûre de moucheron infecté peut suffire à infecter un bovin.

Cette maladie n’est pas contagieuse car non transmissible d’un animal à l’autre sans ce moucheron culicoïde.

La transmission semble possible de la vache à son fœtus et par le sperme des taureaux infectés.

Des études sont en cours pour déterminer si la transmission est possible par d’autres insectes se nourrissant de sang (taons, moustiques) ou les tiques.

Le matériel souillé par le sang (aiguilles) pourrait être vecteur.

Est-ce que les animaux guérissent ?

Oui, certains animaux guérissent même de manière spontanée sans intervention vétérinaire ni traitement.

Le taux d’animaux malades dans les élevages (morbidité) peut atteindre 2 à 10% selon les premières observations.

Parmi les animaux malades la mortalité est inférieure à 1% selon les premières observations.
 

Pourquoi on n’a pas parlé avant de cette maladie ?

Cette maladie n’est présente sur le territoire européen que depuis octobre 2022 ( Sud Espagne) et n’était connue que sur des cerfs jusqu’alors. Il n’existe pas de données sur la MHE.

Les GDS des départements des Pyrénées Atlantiques et Hautes Pyrénées entament, avec le concours de l’ANSES, une étude pour comprendre les mécanismes de la maladie, ses incidences probables sur le moyen et long terme. L’ALMA apportera son soutien à cette étude indispensable.

Pourquoi elle s’appelle maladie hémorragique ?

Parce que c’est une maladie qui peut causer des formes hémorragiques, symptômes proches de l’entérotoxémie (rarement observée pour l’instant)

Est-ce qu’il n’y a que les bovins concernés ?

Quelques cas sont observés en ovins mais restent très rares pour l’instant. Les ovins peuvent être porteurs mais dans la grande majorité des cas ne présentent pas de symptômes.

Pour autant ils sont concernés par les restrictions de mouvements au même titre que les bovins.

 

Vers le haut

Conséquences de la MHE sur les mouvements des animaux ?

Quelles sont les conséquences pour les ventes d’animaux issus de la zone réglementée ?

Les conséquences immédiates sont la mise en place d’une zone réglementée sur l'ensemble des communes situées dans un périmètre de 150 kilomètres autour des foyers. La totalité du département des Landes est en zone réglementée depuis l’apparition des premiers cas en 64 et 65.

► zonage règlementé

Il n’y a pas de conditions pour des mouvements d’animaux à l’intérieur de la zone réglementée.

Pour quitter la zone réglementée chaque animal :

  • Aura été désinsectisé au moins pendant les 14 j ayant précédé son départ. Une attestation de la réalisation de désinsectisation  doit accompagner chaque animal.
  • Aura été soumis avant le départ à une analyse de recherche de la MHE par PCR, avec résultat négatif. Le résultat de l’analyse doit accompagner chaque animal.
  • Cette analyse aura été effectuée au moins 14 jours après la date de désinsectisation. Elle pourra être réalisée dans l’exploitation d’origine ou dans le centre de rassemblement.
  • Le départ interviendra dans les 14 jours maximum après la date de prélèvement sanguin tout en veillant à ce que l’animal soit toujours protégé contre les moucherons culicoïdes.
  • Les moyens de transport feront l’objet d’une désinsectisation avant le départ des animaux vers la zone non réglementée.

 

Conditions particulières pour les sorties de veaux, agneaux et chevreaux âgés de moins de 70 jours de la zone réglementée (ZR) vers un atelier d’engraissement en bâtiment fermé situé en zone indemne (ZI)

Ces animaux sont autorisés à sortir d’une exploitation de ZR pour aller vers un établissement d’engraissement (bâtiment fermé) situé en ZI avec les conditions suivantes :

  • L’ensemble des animaux du troupeau ne présentent pas de signes cliniques le jour du départ
  • Les animaux et les moyens de transport sont désinsectisés avant la sortie de zone non indemne de MHE,
  • Les animaux peuvent être allotés uniquement dans un centre de rassemblement situé en ZR
  • Les animaux sont destinés uniquement à l’abattage sur le territoire national après une période d’engraissement en bâtiments fermés et protégés contre les vecteurs
  • Le bâtiment de destination a été désinsectisé avant l’arrivée des animaux.
     

Quelles conditions s’appliquent pour des ventes d’animaux en Espagne ? (bovins, ovins, caprins)

A l’exception des régions indemnes (îles Baléares et Canaries), l’envoi de bovins français vers l’Espagne continentale est soumis à l’absence de signe clinique de MHE pour les animaux au moment de la visite prévue pour l’établissement du certificat sanitaire aux échanges intra-UE, soit sous 24h avant expédition et cela indépendamment du statut du troupeau. Cette certification sera réalisée par un vétérinaire agréé, dans le cadre du certificat sanitaire qui atteste à titre général qu’il n’y a pas de signes cliniques, délivré avant le départ aux échanges et export des animaux, dans les lieux de rassemblement. Cette certification est faite animal par animal.

Quelles conditions s’appliquent pour des ventes d’animaux en Italie ? (bovins, ovins, caprins)

Ce sont les mêmes conditions que pour des mouvements hors zone réglementée.
Chaque animal :

  • Aura été désinsectisé au moins pendant les 14 j ayant précédé son départ. Une attestation de la réalisation de désinsectisation doit accompagner chaque animal.
  • Aura été soumis avant le départ à une analyse de recherche de la MHE par PCR, avec résultat négatif. Le résultat de l’analyse doit accompagner chaque animal.
  • Cette analyse aura été effectuée au moins 14 jours après la date de désinsectisation. Elle pourra être réalisée dans l’exploitation d’origine ou dans le centre de rassemblement.
  • Le départ interviendra dans les 14 jours maximum après la date de prélèvement sanguin tout en veillant à ce que l’animal soit toujours protégé contre les moucherons culicoïdes.
  • Les moyens de transport feront l’objet d’une désinsectisation avant le départ des animaux vers la zone non réglementée.


Que faire des animaux trouvés positifs lors des prises de sang en centre de rassemblement lors de la prise de sang de mouvements ?

Ces animaux ne peuvent pas sortir de la zone réglementée.

Attention aux autres maladies lors des retours en élevage.

Les négociations se poursuivent pour trouver des solutions pour ces animaux.

J’ai des animaux malades dans mon cheptel, est ce que je peux continuer de vendre ?

Les élevages déclarés infectés peuvent vendre des animaux en respectant les conditions prescrites en fonction de la destination des animaux sauf les animaux présentant des signes cliniques.

Chaque éleveur jugera de la nécessité de prévenir l’acheteur.

 

Vers le haut

Aides financières ?

Des aides financières vont-elles être mises en place ?

L’Etat prend en charge les frais de la visite de diagnostic, prélèvements et analyses.

Des études d’impact sur les élevages sont en cours pour essayer de déterminer les besoins techniques et financiers consécutifs aux mesures de mouvements (coûts de la désinsectisation et des analyses PCR) et surtout aux conséquences de la maladie sur les animaux (coût des soins sur les animaux malades et des éventuelles suites en élevage).

Les différents acteurs sont mobilisés pour suivre l’évolution et demander les aides adaptées.

Qui peut m’aider si je suis en difficultés financières sur mon élevage ?

En attendant la mise en œuvre des soutiens financiers de l'Etat propre à la crise MHE,  la MSA a un dispositif de soutien aux crises.

► Plus d'infos sur le dispositif  de soutien MSA

 

 

Vers le haut

Et la FCO ?

Point de situation épidémiologique fièvre catarrhale ovine-sérotype 8

Plusieurs cas cliniques de Fièvre catarrahale ovine sérotype 8 (FCO - 8) sont apparus chez des bovins et des ovins depuis début août 2023 dans le sud du Massif central. Initialement localisée à quelques communes, la maladie s’est propagée en quelques semaines. De nouveaux foyers sont apparus depuis la semaine dernière entraînant une évolution des départements atteints.

Afin d’informer au mieux une note, rédigée de façon conjointe par GDS France, l’ANSES, la SNGTV et Races de France ; vous est proposée. Cette note est mise à jour régulièrement et évolue au fil des jours en fonction de l’évolution de la maladie.

Comment reconnaître et prévenir les cas cliniques de FCO

Lire la note

 

À date, la zone atteinte comprend des zones de différents départements. Cette zone est susceptible d’évoluer par la suite.
 Il convient de consulter ce lien pour être à jour.

Vers le haut

Enquête MHE

Afin de mesurer l’impact de la MHE sur votre cheptel et votre quotidien, veuillez répondre à ce questionnaire (environs 5minutes) qui servira à améliorer les connaissances sur la maladie et à appuyer les négociations en cours.
https://forms.office.com/e/Kj609e2S3R

Vous avez une question sur la MHE ?

Votre question sur la MHE

Vos coordonnées
Votre question

Votre consentement*

Les informations marquées d'un astérisque sont obligatoires et nécessaire au traitement de votre demande de contact. A défaut, nous ne sommes pas en mesure de répondre à votre demande.

En savoir plus sur notre politique de protection de vos données personnelles

Contacts

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

POLE ELEVAGE
Tél : 05 58 85 45 25

elevage@remove-this.landes.chambagri.fr

A vos côtés

L'ALMA et la Chambre d'agriculture des Landes suivent le dossier de près, en relation avec les homologues des autres départements. Une cellule de crise a été engagée avec les élus des structures départementales dès l'annonce des premiers foyers.